Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/01/2008

Le mal wallon

  A propos d'un caniche... Pierre Azrael 29/12
Je ne vois pas en quoi le PS/CDH seraient seuls à l'origine des maux wallons.
Je rappelle que le déclin économique de la Wallonie a débuté lors de la fermeture des charbonnages et ensuite des industries lourdes (sidérurgie)qui finalement en dépendaient directement.
Les patrons de ces mines et ces forges n'étaient pas spécialement électeurs du PS(B) de l'époque.
Ces mêmes chefs d'entreprises n'ont pas vu venir (ou pas voulu voir venir)la crise et n'ont pas pu (ou voulu)se reconvertir. Même un fleuron mondialement connu comme ACEC n'existe plus si ce n'est comme sous filiale de je ne sais qui.
Il est trop simple d'accuser toujours les mêmes et de ne pas pouvoir (vouloir) faire son auto-critique.
Par ailleurs, je ne pense pas que la Wallonie tremble devant Bart Dewever et consorts.
Sauf les belgicains qui n'ont pas encore compris et donc fait le deuil de leur pays, les autres ont envie de retrouver une fierté bafouée par le caniche noir sur fond jaune.
Le renouveau de la Wallonie ne pourra malheureusement pas se faire sans aide extérieure. C'est ainsi qu'un partenariat avec la France est bienvenu.
C'est justement ce qui emmerde le caniche: que les Francophones aient une position de repli.
Wallons enfants.
Réagir

 


Réponse Précisions... Philip Hermann 30/12
Effectivement, la wallonie a connu une intense désindustrialisation au moment où les mines de charbon se sont épuisées ou en tout cas n'ont plus été rentables. Toute l'industrie lourde a suivi car elle était alors en concurrence avec des industries plus modernes, situées le long des côtes ce qui permettait d'économiser de couteux frais de transport. D'autres régions industrielles ont connu le même phénomène à commencer par la Campine flamande, la Lorraine, le bassin de la rhur, etc...

Que s'est-il passé en Wallonie pour que nous soyons aujourd'hui en retard de dévelloppement ou de redéploiement malgré d'ailleurs les injections massives de fonds européens? Tout d'abord, nos politiques, poussé par les syndicats, se sont accrochés comme des moules à ce qu'ils connaissaient...nos gouvernements ont pendant longtemps suppléer à la différence de cout de production de nos aciéries (prix du marché 120€/T contre cout de production acier wallon de 155€/T environs, le rapport est en tout cas celui-là).

Cette désindustrialisation, nous le comprenons aujourd'hui, ne s'est pas fait sans mal et sans grêve...les industriels wallons, qui ne pouvaient quand même pas grand chose à l'épuisement des mines, ont été accusés de tous les maux, de toutes les vilénies. Des pans entiers de notre industrie ont ainsi disparu et cette guerre d'usure a aussi dégouté les forces vives (les affreux capitalistes d'encore investir dans leur région), ils ont thésaurisé et financiariser leurs ressources, gagnant de ce simple fait plus d'argent sans d'ailleurs les emmerdements). Les pouvoirs publics, trop occupé à sauver les canards boiteux ont multiplié les études, les expertises et les subventions en vain, épuisant du même coup toutes leurs ressources...pour suppléer au privé "défaillant", ils ont également multiplié les emplois publics, en pressurisant fiscalement les derniers entrepreneurs privés, pourtant pourvoyeurs d'emplois pour les rémunérer. Les tracasseries administratives se sont multipliées, il fallait bien occuper cette masse de fonctionnaires. Le résultat, c'est que notre économie, qui était jusqu'alors était florissante, s'est arrêtée. Les investisseurs se ont enfuis et ne sont effectivement pas revenus.

Les responsables de ces erreurs à répétition, ce sont évidement les politiques en place dans les années 60 à 80 PS et PSC (surtout son aile gauche, le MOC), conseillés par la FGTB et la CSC.

Si nous voulons connaître la croissance que d'autres pays ont connu ailleurs (Irlande, Angleterre, Ecosse mais aussi Estonie, Pays Basque, Catalogne, etc), il faudra adopter les recettes qui leur ont réussi...baisse de charges, réforme fiscale, rationalisation (informatisation et simplification administrative) et dégraissage du secteur public et amélioration du statut de ceux qui prennent des risques et créent des emplois. C'est le programme du MR et de lui seul (depuis le scotchage du CDh à son partenaire PS) dans le monde francophone belge.

A part agiter des épouvantails ("les libéraux, ces salopards, ils veulent supprimer la sécurité sociale, les soins de santé, les allocations de chômage, etc"), le Parti Socialiste et son partenaire de Cartel (le MOC), n'ont plus rien à proposer.

Effet Sarkozy...

Jamais avec la France Hervé Landuyt 28/12
Comme le démontre l'excellent numéro du Time qui lui est consacré, la France est un pays en total déclin, dépassé, ringard et passéiste. Sa culture ne se renouvelle pas, son enseignement décline et elle n'a plus aucun poids sur le plan international. Nous n'aurions aucun intérêt à nous allier à un tel canard boiteux. Les rattachistes vivent dans une chimère d'une France qui n'existe plus.
Effet Sarkozy... Philip Hermann 29/12
Je serai moins pessimiste que vous sur les chances de Nicolas Sarkozy de sortir son pays de l'immobilisme, après les années Mitterand puis l'affairisme de son successeur.

Pourtant, si je ne suis pas d'accord avec votre analyse de la santé de notre voisin, il me semble qu'il s'agit là d'une question erronée pour les francophones de ce pays. Il me semble temps de prendre conscience que nous ne pourrons éternellement survivre au crochet d'un plus prospère (Flandres) ou d'un plus grand. Beaucoup d'états sont plus petit compte moins de 4 millions d'habitants. L'Irlande, par exemple, c'est 6 millions d'habitants, le Luxembourg a la taille d'une province belge, l'estonie connait une croissance importante et sera sans doute prochainement un pays prospère... Les francophones de Belgique dispose d'un potentiel de croissance et de redéploiement important. Nos atouts sont importants: Bruxelles, des infrasctructures de transport ultra-dévelloppée, positionnement au coeur de l'Europe, population et terrains disponibles, etc... Nous devons croire en nos chances et imiter les stratégies gagnantes des pays européens, qui ont réussi leur redéploiement économique. Nous devons prendre notre destin en main, il y a quelques dizaines d'années, la Belgique et singulièrement la Wallonie était l'une des régions les plus prospères au monde.