Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/01/2009

Une année 2008... Horribilis!!!

Tout d'abord, j'aimerais souhaiter une excellente année 2009 à tous les lecteurs de ce blog!!!

sydney-harbour-bridge-fireworks1.jpg

Ce qui n'a pas encore changé en Belgique en 2008, c'est le conservatisme de certaines formations politiques au nord...qui entretiennent le rêve pourtant parfaitement illusoire d'une séparation de la Flandre du reste de la Belgique au seul profit des flamands. Il est regrettable que toute carrière politique dans cette partie de notre pays ne puisse s'envisager que par rapport à un combat contre la partie francophone du pays.  J'ai beaucoup déploré sur ce blog l'autisme de la flandre face aux condamnations internationales et aussi le silence des intellectuels et des commentateurs face aux dérives constatées.

Heureusement, ce rêve des nationalistes flamands ne se réalisera pas. Même si une séparation se réalise un jour, celle-ci sera douloureuse pour les deux parties, l'annexion de Bruxelles à 90% francophone, par la Flandre est une illusion!!! 2008 restera l'année de  la prise de conscience dans la population francophone à la fois des desseins de la Flandre mais aussi de notre capacité à empêcher l'inacceptable.  En 2009, il faudra donc reprendre cette négociation du début avec la volonté de parvenir à des compromis équilibrés, car il n'y a pas d'autres voies. L'échec de Leterme et de son cartel avec les nationalistes de la N-VA, c'est aussi cet échec là.

La crise économique et financière a aussi été le révélateur de l'importance du niveau fédéral pour résoudre les problèmes posés par cette crise. Sans gouvernement et sans état fédéral, les problèmes auraient pris un tour réellement catastrophique.  Car c'est bien le niveau fédéral qui est intervenu pour éviter l'effondrement de notre système bancaire.

Dans la partie francophone du pays, les conservateurs du cartel PS-CDH ou quelque soit le nom qu'on veut lui donner, a réussi par une stratégie de pourrissement (Mevrouw Nee a parfaitement joué son rôle) à se maintenir au pouvoir malgré une défaite électorale importante et la perte du leadership en Wallonie et à Bruxelles. Cette détermination à s'accrocher au pouvoir ne peut, semble-t-il, s'expliquer que pour des raisons pas très glorieuse de politique business, comme l'affaire "Onckendaele" et d'autres en témoignent à suffisance.  Cela rend le prochain scrutin d'autant plus déterminant.

Au niveau régional et communautaire, nous avons vécu les aléas des différents décrets "mixité" pour l'école, qui ont malheureusement masqué les vrais problèmes de notre enseignement, dont témoigne l'affaiblissement continu des résultats de nos têtes blondes aux tests internationaux PISA. Rien n'a été fait non plus pour revaloriser l'enseignement technique et professionnel et en collaboration avec les entreprises rendre ces formations réellement qualifiantes et sexy sur le marché de l'emploi. Si la mixité ne se décrète pas,  il ne s'agit pas non plus d'un problème de subvention, notre région connait le même niveau de financement au nord et au sud pour des résultats totalement différents tant du point de vue de la connaissance des langues étrangères que des savoirs de base.  Plutôt que de continuer à tester les dogmes de l'actuel tandem gouvernemental, j'espère que nous pourrons en 2009 donner un nouveau souffle à des valeurs aujourd'hui méprisée, comme le goût de l'effort et de l'excellence et sans doute aussi le sens de la discipline et du respect.

Le plan de relance "Marshall" mis en oeuvre par trois Ministre-présidents successifs à la région wallonne n'a produit que peu d'effets tandis que la crise financière et bientôt économique nécessitera elle aussi un nouvel effort. Ce nouveau contexte peut aussi être le début d'un nouvel élan pour notre région, il faut pour y réussir que chacun saisisse l'occasion qui lui sera donnée en Juin 2009 de confier la gestion de notre région à des politiques qui ont d'autres ambitions que la simple gestion d'un déclin ininterrompu depuis trop longtemps.

Enfin au niveau international, l'événement 2008 est évidement cette crise bancaire et financière, qui comme le souligne Bruno Colmant, est sans doute le reflet d'une déroute du schéma de développement mis en œuvre jusqu'ici: il faudra sans doute réorienter la nécessaire croissance économique vers des objectifs durables.  La sanction opérée par les marchés financiers, est certes une sanction de certaines dérives politiques et financières aux USA mais plus fondamentalement encore de l'inadéquation des acteurs économiques par rapport aux défis qui devront être relevés pour pérenniser l'existence humaine sur cette planète.

Une meilleure régulation des marchés s'est révélé indispensable et surtout la mise en place d'une régulation supra-nationale.  Cette crise financière ne doit cependant pas remettre en cause le système d'économie de marché, qui reste encore le meilleur système pour financer demain les entreprises qui répondront aux défis auxquels nous sommes confrontés.

Sur cette scène internationale, nous avons pu voir la différence que peut apporter la présence d'un porteur de réformes, tel que le président Sarkozy en France mais aussi au niveau européen. Beaucoup d'espoirs reposent également depuis son élection sur Barack Obama aux USA.  En Wallonie, il importe également de lutter contre le conservatisme de ceux qui sont au pouvoir depuis des dizaines d'années et qui se sont révélés incapables de se rénover ou d'insuffler le souffle nouveau qui permettra à notre région de se redresser.  Depuis trop longtemps, ils se sont contenté de gérer le déclin et surtout de se maintenir au pouvoir.  A tel point qu'il est permis de s'interroger sur l'existence d'un lien entre ce déclin et ce maintien au pouvoir, surtout après la révélation de toutes les dérives que nous avons connu.

Rien ne sera sans doute facile en 2009 mais il nous faut espérer que le vent des réformes soufflera... Ces réformes sont nécessaires tant sur la scène internationale qu'au niveau belge et régional. Ce sera notre responsabilité de citoyen de désigner, lors des prochaines élections, ceux qui pourront porter ces réformes dans nos régions.