Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/01/2009

Une année 2008... Horribilis!!!

Tout d'abord, j'aimerais souhaiter une excellente année 2009 à tous les lecteurs de ce blog!!!

sydney-harbour-bridge-fireworks1.jpg

Ce qui n'a pas encore changé en Belgique en 2008, c'est le conservatisme de certaines formations politiques au nord...qui entretiennent le rêve pourtant parfaitement illusoire d'une séparation de la Flandre du reste de la Belgique au seul profit des flamands. Il est regrettable que toute carrière politique dans cette partie de notre pays ne puisse s'envisager que par rapport à un combat contre la partie francophone du pays.  J'ai beaucoup déploré sur ce blog l'autisme de la flandre face aux condamnations internationales et aussi le silence des intellectuels et des commentateurs face aux dérives constatées.

Heureusement, ce rêve des nationalistes flamands ne se réalisera pas. Même si une séparation se réalise un jour, celle-ci sera douloureuse pour les deux parties, l'annexion de Bruxelles à 90% francophone, par la Flandre est une illusion!!! 2008 restera l'année de  la prise de conscience dans la population francophone à la fois des desseins de la Flandre mais aussi de notre capacité à empêcher l'inacceptable.  En 2009, il faudra donc reprendre cette négociation du début avec la volonté de parvenir à des compromis équilibrés, car il n'y a pas d'autres voies. L'échec de Leterme et de son cartel avec les nationalistes de la N-VA, c'est aussi cet échec là.

La crise économique et financière a aussi été le révélateur de l'importance du niveau fédéral pour résoudre les problèmes posés par cette crise. Sans gouvernement et sans état fédéral, les problèmes auraient pris un tour réellement catastrophique.  Car c'est bien le niveau fédéral qui est intervenu pour éviter l'effondrement de notre système bancaire.

Dans la partie francophone du pays, les conservateurs du cartel PS-CDH ou quelque soit le nom qu'on veut lui donner, a réussi par une stratégie de pourrissement (Mevrouw Nee a parfaitement joué son rôle) à se maintenir au pouvoir malgré une défaite électorale importante et la perte du leadership en Wallonie et à Bruxelles. Cette détermination à s'accrocher au pouvoir ne peut, semble-t-il, s'expliquer que pour des raisons pas très glorieuse de politique business, comme l'affaire "Onckendaele" et d'autres en témoignent à suffisance.  Cela rend le prochain scrutin d'autant plus déterminant.

Au niveau régional et communautaire, nous avons vécu les aléas des différents décrets "mixité" pour l'école, qui ont malheureusement masqué les vrais problèmes de notre enseignement, dont témoigne l'affaiblissement continu des résultats de nos têtes blondes aux tests internationaux PISA. Rien n'a été fait non plus pour revaloriser l'enseignement technique et professionnel et en collaboration avec les entreprises rendre ces formations réellement qualifiantes et sexy sur le marché de l'emploi. Si la mixité ne se décrète pas,  il ne s'agit pas non plus d'un problème de subvention, notre région connait le même niveau de financement au nord et au sud pour des résultats totalement différents tant du point de vue de la connaissance des langues étrangères que des savoirs de base.  Plutôt que de continuer à tester les dogmes de l'actuel tandem gouvernemental, j'espère que nous pourrons en 2009 donner un nouveau souffle à des valeurs aujourd'hui méprisée, comme le goût de l'effort et de l'excellence et sans doute aussi le sens de la discipline et du respect.

Le plan de relance "Marshall" mis en oeuvre par trois Ministre-présidents successifs à la région wallonne n'a produit que peu d'effets tandis que la crise financière et bientôt économique nécessitera elle aussi un nouvel effort. Ce nouveau contexte peut aussi être le début d'un nouvel élan pour notre région, il faut pour y réussir que chacun saisisse l'occasion qui lui sera donnée en Juin 2009 de confier la gestion de notre région à des politiques qui ont d'autres ambitions que la simple gestion d'un déclin ininterrompu depuis trop longtemps.

Enfin au niveau international, l'événement 2008 est évidement cette crise bancaire et financière, qui comme le souligne Bruno Colmant, est sans doute le reflet d'une déroute du schéma de développement mis en œuvre jusqu'ici: il faudra sans doute réorienter la nécessaire croissance économique vers des objectifs durables.  La sanction opérée par les marchés financiers, est certes une sanction de certaines dérives politiques et financières aux USA mais plus fondamentalement encore de l'inadéquation des acteurs économiques par rapport aux défis qui devront être relevés pour pérenniser l'existence humaine sur cette planète.

Une meilleure régulation des marchés s'est révélé indispensable et surtout la mise en place d'une régulation supra-nationale.  Cette crise financière ne doit cependant pas remettre en cause le système d'économie de marché, qui reste encore le meilleur système pour financer demain les entreprises qui répondront aux défis auxquels nous sommes confrontés.

Sur cette scène internationale, nous avons pu voir la différence que peut apporter la présence d'un porteur de réformes, tel que le président Sarkozy en France mais aussi au niveau européen. Beaucoup d'espoirs reposent également depuis son élection sur Barack Obama aux USA.  En Wallonie, il importe également de lutter contre le conservatisme de ceux qui sont au pouvoir depuis des dizaines d'années et qui se sont révélés incapables de se rénover ou d'insuffler le souffle nouveau qui permettra à notre région de se redresser.  Depuis trop longtemps, ils se sont contenté de gérer le déclin et surtout de se maintenir au pouvoir.  A tel point qu'il est permis de s'interroger sur l'existence d'un lien entre ce déclin et ce maintien au pouvoir, surtout après la révélation de toutes les dérives que nous avons connu.

Rien ne sera sans doute facile en 2009 mais il nous faut espérer que le vent des réformes soufflera... Ces réformes sont nécessaires tant sur la scène internationale qu'au niveau belge et régional. Ce sera notre responsabilité de citoyen de désigner, lors des prochaines élections, ceux qui pourront porter ces réformes dans nos régions.

11/12/2008

Rififfi à la communauté française

Difficile de gérer les bourdes de l'éphémère Ministre-Présidente Arena.  Pressée d'agir pour faire oublier son histoire de douche, elle sort dans la précipitation un décret, sensé régler le problème de mixité sociale dans le secondaire.  Au moins, cela donne au public l'illusion de l'action  même si la mixité sociale ne se décrète, bien sûr, pas et qu'il serait bien plus intelligent de relever le niveau des écoles dans lesquelles on ne se précipite pas, plutôt que d'obliger celles où on se précipite d'accepter de force certains élèves plutôt que d'autres.  Mais l'agitation donne l'illusion de l'action et après tout, les parents d'élèves du libre, ce n'est pas vraiment un électorat PS et d'ailleurs Milquet est d'accord, c'est dans l'accord de gouvernement!!!  :-)

ecole5.jpg

 

Evidement donner un goût de la vie de SDF aux bobos de Uccle ou de Rhode, pendant quelques nuits ça fait un bon sujet pour les JT du soir.  En plus, ils ne sont pas contents les bougres et ils ne se privent pas de le faire savoir en interviews, dans les débats dominicaux et au travers de réseaux associatifs très actifs.  En plus, ils passent bien, ils sont plutôt articulés...ce ne sont pas d'immondes crapules pleines de fric mais de braves gens qui se soucient surtout de l'avenir de leurs enfants.  Ouille, on évacue Arena, la protégée présidentielle, au gouvernement fédéral et voilà le brave Dupont, qui n'avait rien demandé, aux écuries à ramasser les m...  Jowelle ne pipe toujours pas mot,  d'ailleurs...elle trouve toujours que c'est une bonne idée et fait monter ses amis syndiqués au créneau sur les plateaux télés pour défendre la mixité sociale, le VRAI problème de l'enseignement francophone.  :-)

Dupont cherche une porte de sortie, mais il n'y en a guère!!!  Plutôt qu'une honteuse abrogation, va pour le tirage au sort, après tout ainsi tout le monde sera logé à la même enseigne.  Ah les dogmes des idéologues du PS!!!  Sauf que voilà, c'est encore pire que de les faire loger dehors.  Maintenant on en a plein nos télés, de reportages franchement émouvants de parents désemparés et aussi d'élèves en pleurs de ne pas pouvoir rejoindre leurs copains l'année prochaine dans le supérieur.  Branle-bas de combat chez Milquet, qui sent que son avenir électoral est en train de se jouer et que dans le gouvernement communautaire, c'est surtout elle qui va y laisser des plumes.  Ben oui, dans les parents d'élèves des bonnes écoles du réseau libre, y en a encore quelques-uns qui croyaient bien faire en votant cdH.

Ce matin, elle décide de flinguer le décret de Dupont dans le journal vespéral du matin.  C'est pas elle, c'est le conseil d'état qui l'a obligé...  Elle, elle voulait pas...méchant conseil d'état!!!  Mais, c'est sans polémique...on s'en doute.  LOL L'entente reste parfaite au gouvernement.  D'ailleurs, Dupont retire mais ce n'est pas si simple...  Plus personne ne sait aujourd'hui, s'il est inscrit et où???  Voilà nos têtes blondes et leurs parents, bien désemparés...y en a même qui veulent plus y aller à l'école, tellement ils sont chamboulés.  Tout ça en plein milieu de la session d'examens de Noël!!!   Bravo!!!

Devant un tel chaos, Pierre-Yves Jeholet, porte-parole du MR, ose suggérer à Dupont de démissionner, promet que si nous sommes élus, il ne sera plus question de ce décret et ose avouer qu'il s'agira d'une thématique de la prochaine campagne électorale...  Ben oui, l'enseignement!!!  C'est quand même un sujet important quand il faut élire le gouvernement de la communauté française, enfin je crois...  non???  Houlà, mais c'est bien sûr.  A l'état major du PS, on a trouvé le coupable, le responsable.  Il était caché là à espérer le pire, à ourdir le complot, à semer la zizanie dans un gouvernement qui travaillait si dur et dans une si bonne ambiance.  Méchant MR!!!  Y a pas pire qu'eux!!!

dr_jeholet.jpg

 

Et si on se disait en juin prochain, que ce serait une bonne idée de mettre plutôt le goût de l'effort et de l'excellence au centre du débat.  Si on décidait que si la mixité ne se décrète pas, elle poserait sans doute moins de problèmes si on ne laissait pas l'enseignement dans certaines écoles se dégrader à ce point.  On pourrait aussi trouver que ce n'est pas une bonne idée d'envoyer dans les écoles à problèmes, des jeunes enseignants sans expérience au sortir de l'école et plutôt  d'y attirer et de sélectionner pour ces postes des professionnels d'expérience, qui ont les qualités pour y réussir.  Et si on se décidait enfin à faire des filières techniques et professionnelles autre chose que des filières de relégation pour ceux qui n'ont pas réussi dans le général et si par un investissement massif dans celles-ci en coordination avec les professionnels du secteur, ces écoles offraient enfin des formations qualifiantes et séduisantes pour le marché de l'emploi.

 

 

10/05/2008

Yves Leterme est seul...

Hier au cours d’une séance plénière de la chambre, Yves Leterme n’a pas pu convaincre son propre groupe parlementaire de s’abstenir de voter l’inscription de la « scission » de BHV à l’agenda de la chambre.  Servais Verherstraeten, chef de groupe CD&V/N-VA, ne se sent pas tenu par les engagements contenus dans l’accord de gouvernement porté par le premier ministre CD&V.  Il a préféré proposer ce vote à ses collègues plutôt que de soutenir son chef de file au gouvernement.

 parlement

Cette attitude est pour le moins paradoxale.  N’est-il pas schizophrénique de prétendre dans un accord de gouvernement que BHV fera l’objet d’une négociation et sera solutionné par un compromis au sein de ce gouvernement et d’autre part de voir son chef de groupe à la chambre s’engager sur la voie d’un passage en force, par ailleurs purement théorique, hostile par la voie d’un vote communauté contre communauté ? 

 

Durant la campagne électorale, le candidat Leterme a prétendu que solutionner BHV ne demanderait que « Vijf minuten politieke moed » (cinq minutes de courage politique), c’est de ce courage dont notre premier ministre a pourtant singulièrement manqué.  Nous attendions de lui qu’il ait le courage de faire taire ceux qui dans son parti, l’encourageaient à s’engager dans la voie sans issue d’un vote  guerrier et sans concession.  Nous attendions de lui qu’il défende la voie de la négociation, qu’il démontre l’inanité de toute tentative de passer en force.  Nous attendions de lui qu’il formule des propositions équilibrées, qui profitent aux citoyens des deux communautés, pour sortir enfin par le haut de cet épineux dossier.  Nous attendions de lui qu’il défende les intérêts des Belges, qui se soucient dans leur immense majorité comme d’une guigne de ces questions politico-politiciennes.

 

Il a capitulé devant les vociférations des gueulards de son propre parti, et celles de ses partenaires de cartel N-VA.  Il a capitulé devant la pression à laquelle ces derniers sont soumis par le mouvement nationaliste flamand, par la liste De Decker et par le Vlaamse Belang.  Il a capitulé en faisant passer les intérêts particuliers des plus extrémistes de son parti, la peur de se dédire de promesses électorales insensées et intenables, devant l’intérêt du pays et de ses habitants.  « Die man kan het niet !!! »  (Cet homme n’y arrive pas)  titrait récemment Luc VanderKelen, éditorialiste au “Laatste Nieuws”.

 

Impossible pourtant de taire le terrifiant silence voire même parfois la dangereuse complaisance des intellectuels et analystes flamands…  C’était et cela reste leur rôle d’expliquer que la démocratie est la forme de gouvernement, qui impose le débat public et le compromis sur la force, qui oblige à convaincre plutôt qu’à contraindre, qui protège les intérêts des minorités contre les dérives des majorités.  C’est l’essence même de cette démocratie, qui vient d’être bafoué par ce vote communauté contre communauté. 

 

Le Vlaamse Belang ne veut pas de cette démocratie, le fait était connu et établi depuis longtemps et déjà du temps du Vlaamse Blok.  Aujourd’hui, nous devons constater que son populisme et ses simplismes  ont essaimé jusque dans les partis flamands à vocation gouvernementale.  Cet idéalisme jusqu’à l’absurde est une défaite de l’intelligence qui doit en rappeler d’autres à tous les démocrates.

800 000 voix ne semble pas une garantie suffisante contre la solitude.  Cool
 

Pour suivre les débats à la chambre ou revoir ceux qui s'y sont déroulés hier:

http://www.lachambre.be/streaming/getPage.asp?language=fr

 

Les réactions politiques sur Ciel Radio accessible sur le site de « La Libre »:   

Didier Reynders, président du MR

Laurette Onkelinx, Vice-première ministre PS

Melchior Wathelet, secrétaire d'état cdH

Jean Michel Javaux, co-président Ecolo

Les réactions politiques sur RTL

Didier Reynders, président MR

Joëlle Milquet, présidente du cdH

Isabelle Durant, co-présidente Ecolo