Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/01/2008

L'intérêt majeur de ce gouvernement de transition

C'est qu'il permettra le cas échéant de se passer de la N-VA, par exemple en cas de support de la réforme institutionnelle qui se prépare, par le Spa ou Ecolo. Cela pourrait être le cas en cas d'accords équilibrés.

Il est à noter que Gerolf Annemans n'a pas manqué de signaler ce risque, aujourd'hui bien réel, que ce gouvernement conclue des accords équilibrés, ce qui ne les arrangent pas comme cela ne devrait pas arranger non plus les séparatistes de la N-VA. Les propositions en provenance des libéraux (Open VLD, MR) lui semblait particulièrement imbuvables:

-Circonscription fédérale permettant d'interdire durablement les programmes électoraux extrémistes du point de vue communautaire.
-Elargissement des limites de Bruxelles, refinancement de la région bruxelloise, amélioration du statut des francophones de flandres
-Refédéralisation de certaines compétences (prévention en matière de santé, bruit, etc...)

Toutes ces demandes sont évidemment jugées inacceptables par tous les séparatistes, elles pourront pourtant constituer une monnaie d'échange pour conclure des accords équilibrés, qui devront dans tous les cas préservés la solidarité interpersonnelle, un niveau fédéral doté d'un budget solide et de compétences homogènes.

Il me semble qu'il est nécessaire de rechercher les domaines, dans lesquels plusieurs niveaux de pouvoirs sont compétents et décider de manière pragmatique du niveau auquel ces questions pourront être le mieux traitées. Si l'exercice est mené sans tabous et sans partir systématiquement du principe que plus on régionalise mieux c'est, comme le souhaite les séparatistes, alors il me semble possible de parvenir à des accords équilibrés et bénéfiques pour tous les belges.

Ce sera la tâche de Verhofstadt III.
Réagir

 


Réponse Une monnaie d'échange Marc De Ridder 26/12
"Une monnaie d'échange", quatre mots que les Flamands ne veulent plus entendre. Quand on fait quelque chose pour la Belgique, soit à Anvers, Zaventem ou à Charleroi, Liège, il ne faut pas de compensations. Ce n'est pas parce que on construit un pont a Namur, qu'il en faut un quelque part en Flandre.
Réagir

 


Réponse Des accords équilibrés Philip Hermann 27/12
ne pourront qu'être conclus au terme d'une NEGOCIATION. Cela semble un concept abstrait pour certains négociateurs flamands et particulièrement pour ceux d'entre-eux, qui sont les plus extrémistes. Un accord négocié a lieu lorsque chaque partie admise à la table des négociations vient avec ses demandes, il y en a quelques unes du côté flamand et maintenant depuis peu également du côté francophone...des accords équilibrés se forment lorsque au terme d'un processus d'échanges et de débats, certaines demandes de chacune des parties sont satisfaites.

A Val Duchesse puis concernant le vote en commission sur BHV, nous (francophones) avons souvent eu l'impression d'avoir à faire à des néophytes du côté flamands, qui proposaient un carnet de revendications à prendre ou à laisser, LOL. La seule marge de négociation laissée aux négociateurs francophones était de pouvoir en refuser certaines particulièrement imbuvables et absurdes comme la régionalisation des plaques minéralogiques. Faudra qu'on m'explique en quoi la population flamande se trouverait mieux dans ce cas??? LOL encore. Si c'est ça la technique, alors les francophones laisseront et il n'y aura pas d'accord. Notre constitution accorde à la minorité linguistique de ce pays des protections qui INTERDISENT tout passage en force. Le brouhaha du vote sur BHV, par exemple et les déclarations matamoresques de certains négociateurs ne sont de nature qu'à compliquer la recherche de solutions. Je doute qu'un négociateur aussi expérimenté que Didier Reynders, qui a l'expérience de traiter au niveau, soit très impressionné ce genre de musculation. ;-)

Maintenant du côté francophone, il est clair qu'il sera intenable de ne vouloir discuter de rien et de tout refuser. Mais croyez bien que si la flandre veut obtenir des accords, elle devra elle aussi écouter les revendications des francophones.

Je comprend que certains flamands ne veulent plus du troc permanent qui a lieu au niveau fédéral et que vous avez bien décrit. Réformer l'état devrait permettre de mettre fin à ces chantages permanents durablement, la régionalisation de certaines compétences est dans cet esprit compréhensible de manière à permettre la mise en oeuvre plus efficace de certaines politiques au profit des gens. Mais il vaut mieux que les négociateurs flamands s'habituent à l'idée qu'ils devront pour obtenir les réformes qu'ils souhaitent, tenir compte de celles souhaitées par les francophones.

Si c'est ça l'esprit de la réforme institutionnelle alors il faudra aussi admettre que le niveau régional n'est pas celui où on peut trouver un accord équilibré pour gérer les nuisances sonores causées par Zaventem ou encore qu'en matière de politique de prévention santé, il n'y a guère de différence biologique entre les flamands et les francophones, qui justifierait la scission de ces politiques: les épidémies de grippe ne reconnaissent pas encore la frontière linguistique. LOL
Réagir

 


Réponse Vous ne l'avez toujours pas compris Marc De Ridder 27/12
Les flamands ne veullent plus de revendications du coté du Sud.
Réagir

 


Réponse LOL Philip Hermann 27/12
alors pas d'accord, et c'est le status-quo actuel. Je rassure quand même les lecteurs de ce forum, ce n'est certainement pas la ligne adoptée ni par Leterme et le CD&V, où beaucoup ont envie d'un boulot de ministre, ni par l'Open VLD, avec qui le MR a rédigé le programme de réforme que je vous expose plus haut. Non, non doit faire partie de l'aile la plus flamingante du paysage politique, vlaamse belang ou ex-volksunie...mais cela, ce n'est pas la flandre, juste des nationalistes qui font beaucoup de bruit, mais pas ceux qui décident. LOL