Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/01/2008

La défense des indépendants

Pas moyen de mettre au pas les clients du MR marre aussi 30/12

Les chiffres sont éloquand , 1 indépendant sur 2 déclare juste le minimum vital, alors qu'ils ont de belle autos et de belle maisons.

1 patron sur 3 n'ésite pas a licencier son personel afin d'augmenter son propre salaire.

De plus ceux ci arrivent a avoir des ristourne pour l'impots de leur sociéte, a éviter les amandes pour pollution (grace a un chantage bien connu). Il n'y a jamais eu autant de pollution d'origine inconnue dans la Meuse depuis que le MR est au pouvoir.
A que j'aimerai travaillez 18h par jour et pouvoir m'offrir le plaisir de voter MR

  D'où sortent ces chiffres... Philip Hermann 30/12
alors qu'une étude de la KUL affirme que 30% des indépendants vivent désormais en dessous du seuil de pauvreté.

Un autre phénomène qu'il s'agit de prendre en compte, consiste dans la difficulté aujourd'hui de trouver un repreneur pour son commerce. Ce qui constituait pourtant l'assurance-pension de fait de bon nombre d'indépendants (inutile de redire à combien s'élève leurs pensions légales, quelque soient les montants cotisés en cours de carrière d'ailleurs).

Enfin, il n'est pas inutile d'évoquer ici les faillites, qui touchent d'ailleurs souvent ceux qui comme vous le signalez, décident de s'offrir une belle voiture dès l'entame de leur activité. Il s'agit d'ailleurs d'un signe dont tiennent compte les banques dans leur évaluation des qualités entrepreneuriales de leurs clients indépendants. Faites l'expérience d'interroger quelques SDF, juste pour voir, vous constaterez comme j'en ai eu l'occasion que bien souvent ceux-ci ont fait l'expérience d'une faillite comme indépendant...pas de droits aux allocations de chômage, pas de droits à un logement social, et des banques qui saisissent tous leurs biens...bien sûr.

Les urgences sociales les plus criantes, c'est bien celles qui s'adressent à cette catégorie de la population, surtout si nous désirons susciter des vocations. Petite question en passant: Pourquoi ne prenez-vous pas le risque de vous lancer dans ce type d'activité si c'est si simple et si juteux???
  Si je peux me permetre...   31/12
Les chiffres de la KUL sont juste , mais comme l'iceberg, ils ne révellent que ce qui émérge, c'est a dire ce qu'il veulent bien déclarer.

Si les indépandents sont si mal défendu socialement, c'est parce qu'ils trichent trop, et ça tout le monde le sait, et il s'en ventent même des fois.
Réagir

 


Réponse Pas ce jeu là Philip Hermann 31/12
Vous ne pouvez ignorer l'existence d'une fraude sociale de la part des allocataires sociaux: 10% mentent sur leur statut d'état civil, combien ne complète pas leurs revenus par quelques jours de travail au noir.

Les fraudeurs doivent être poursuivis d'où qu'ils viennent et on ne peut se permettre de mener des politiques sur base de soupçons présumés.

Les méthodes employées par le fisc pour lutter contre les indépendants fraudeurs sont efficaces, même si elles pourront toujours être améliorées. Les contrôles indiciels sont particulièrement redoutables et redoutés. Pourquoi ne pas adopter de tels types de contrôle pour lutter contre d'autres types de fraudeurs?
  tout le monde fraude   31/12
La différence, entre les allocataire sociaux et les autres, c'est que les allocataires, en ont souvent besoin pour survivre, les autres non.

de plus le total des fraudes des allocataires et 20 fois inférieure a celle des indépandants, actionaire, et autre pleins de frics.

un allocataire, fraude pour 10, 50, 100 euros les autres c'est pour 2000, 20000, 2000000 euros voir plus

y a pas photos
Réagir

 


Réponse Indépendant=plein de fric Salluste 31/12
Décidément, les clichés ont la vie dure dans ce pays...
Allocataires sociaux = victimes
Indépendants = pleins de fric
Quel beau débat d'idées, on se croirait à un colloque de l'amicale trotskiste...
L'année 2008 verra enfin tous les indépendants inscrits aux petits risques, simplement parce qu'une ministre considère que les dents des enfants d'indépendants sont aussi importantes que celles des salariés. Et c'est une révolution, vous vous rendez compte... en 2008, on croit rêver!
Merci, Madame Laruelle, vous planez bien au-dessus de la mêlée... Et votre combat n'est pas le plus "rémunérateur" en électorat, il est bien plus facile de soutenir les salariés, ça rapporte tellement plus.
  Madame LARUELLE au royaume des schtroumpfs pleins de fric BoBodeLasne 31/12
des amis journalistes m'avaient déjà laché le morceau en me certifiant qu'il y avait des groupes de "students" pilotés par le MR qui s'invitaient sur les blogs et autres débats de la presse écrite sur le net pour dénigrer les socialistes, voir même plus. Jusqu'à présent , j'ai douté mais maintenant je commence à y croire en lisant du Merci madame laruelle une ministre qui considère les dents des enfants .. . (et me suis imposé une relecture des +ou- 1.100 réactions) je crois rêver.
Pour mémoire, le projet petits risques indépendants date de 2007 et a été négocié entre le PS et le MR pour rentrer en vigueur le 1er janvier 2008. Cela a fait l'objet de nombreuses réunions et d'un compromis entre les deux partis. Pourquoi dire que l'indépendant vote automatiquement MR et pas PS ou ECOLO ou CDH, c'est tout à fait inexact. La tendance actuelle dans la presse et sur les blogs est >quand c'est rouge = magouilles, taxer les riches et assistance aux assistés profiteurs qui ne travaillent pas et quand c'est CDH, ce sont les valets du PS donc idem, ne trouvez-vous pas que cela devient fort démago. Il suffit qu'une mouche pète à charleroi pour que toute la presse relate le fait mais lorsque la police effectue une saisie de dossiers au CPAS de Lasne pour un trou comptable "inexpliqué"de €800.000 avec plainte devant les tribunaux, cela devient moins important aux yeux des journalistes (presqu'une erreur d'écriture) et très discret dans la presse qui se veut un contre pouvoir. Les "students" qui prêchent la bonne parole MR sur le net sont fort dogmatiques et très RTL/DERNIERE HEURE dans leur démarche .Au royaume des schtroumpfs les revendications de Mr CHASTEL ne sont d'applications que pour les autres partis. Cela s'appelle un nivellement pas le bas.
  Réponse Amusant... Philip Hermann 01/01
Le PS qui défend les indépendant et qui obtient de haute lutte des améliorations de leur statut, excusez moi de le dire comme je le pense...mais on aura décidément tout lu sur ce forum.

A qui pensez-vous faire croire que cette négociation, qui s'est achevée au petit matin blème sous Verhofstadt II, n'a pas opposé les libéraux du Nord comme du Sud qui réclamait cette amélioration de ce statut depuis des dizaines d'années au PS, qui ne comprenait pas l'utilité de procéder à cette réforme. LOL Cela a été accordé à la combative ministre Laruelle, qui connaissait parfaitement ses dossiers et qui a pu rappeler que la pension d'un indépendant, qui avait travaillé et cotisé toute sa vie, s'élevait à peine jusqu'alors à celle d'un ouvrier, qui s'était contenté de travailler quelques années (3-5 ans) puis avait chômé toute sa vie. Où était l'équité d'un tel système??? Pourquoi les allocations familiales d'un enfant d'indépendant valaient-elle moins que celles d'un enfant d'employé ou d'ouvrier et pourquoi seuls les indépendants n'avaient pas droit aux petits risque et donc au remboursement de leurs soins de santé???

Et bien sûr, c'est la faute des journalistes et des "students" bleus (j'adore l'expression,continuez à nous faire rire), si les scandales du PS (logement social, Awiph, Hautes écoles d'architecture, et plus récement à Huy des militants PS en mission électorale pour le PS, payé par la commune) font la une des médias... Ils sont tous contre nous, LOL.

Je crois que vous ne vous posez pas les bonnes questions...qui est le coupable? Celui qui plonge la main dans le pot de confiture ou celui qui révèle le fait au public???

Il faudra apparement encore quelques temps avant que le Parti Socialiste ne comprenne la nature des problèmes...LOL A mon avis, un passage dans l'opposition pour y réfléchir, s'impose. LOL

 

Etait-il possible de faire échouer la stratégie de cartel CDh/PS

Il est clair que non, quelques faits démontre clairement aujourd'hui que c'est bien de cela qu'il s'agissait et que Madame Milquet était clairement la représentante de la "gauche" à cette table de négociation.

1. Aurait-elle osé dire qu'elle était la seule représentante des francophones à la table des négociations face aux caméras si elle avait songé sérieusement former un gouvernemnet avec le seul MR?

2.Devait-elle communiquer quotidiennement au président du PS, les résultats de chaque journée de négociation, comme cela a été révélé aujourd'hui, si elle ne pensait pas le faire revenir par un moyen ou un autre à la table des négociations.

3. Fallait-il refuser de répondre positivement aux trois question posée par Yves Leterme? (voir ci-dessus)

4. pourquoi était-il impossible de former un gouvernement d'urgence sans la présence des deux composantes de ce cartel au gouvernement?

L'existence de ce cartel était effectivement occulté par l'existence d'un cartel plus visible du côté flamand (CD&V/N-VA) mais celui qui existait du côté francophone était sans doute plus fort. Dans ces conditions, tout le talent de négociateurs des personnes présentes autour de la table n'a pas suffi, bien évidement...

L'intérêt majeur de ce gouvernement de transition

C'est qu'il permettra le cas échéant de se passer de la N-VA, par exemple en cas de support de la réforme institutionnelle qui se prépare, par le Spa ou Ecolo. Cela pourrait être le cas en cas d'accords équilibrés.

Il est à noter que Gerolf Annemans n'a pas manqué de signaler ce risque, aujourd'hui bien réel, que ce gouvernement conclue des accords équilibrés, ce qui ne les arrangent pas comme cela ne devrait pas arranger non plus les séparatistes de la N-VA. Les propositions en provenance des libéraux (Open VLD, MR) lui semblait particulièrement imbuvables:

-Circonscription fédérale permettant d'interdire durablement les programmes électoraux extrémistes du point de vue communautaire.
-Elargissement des limites de Bruxelles, refinancement de la région bruxelloise, amélioration du statut des francophones de flandres
-Refédéralisation de certaines compétences (prévention en matière de santé, bruit, etc...)

Toutes ces demandes sont évidemment jugées inacceptables par tous les séparatistes, elles pourront pourtant constituer une monnaie d'échange pour conclure des accords équilibrés, qui devront dans tous les cas préservés la solidarité interpersonnelle, un niveau fédéral doté d'un budget solide et de compétences homogènes.

Il me semble qu'il est nécessaire de rechercher les domaines, dans lesquels plusieurs niveaux de pouvoirs sont compétents et décider de manière pragmatique du niveau auquel ces questions pourront être le mieux traitées. Si l'exercice est mené sans tabous et sans partir systématiquement du principe que plus on régionalise mieux c'est, comme le souhaite les séparatistes, alors il me semble possible de parvenir à des accords équilibrés et bénéfiques pour tous les belges.

Ce sera la tâche de Verhofstadt III.
Réagir

 


Réponse Une monnaie d'échange Marc De Ridder 26/12
"Une monnaie d'échange", quatre mots que les Flamands ne veulent plus entendre. Quand on fait quelque chose pour la Belgique, soit à Anvers, Zaventem ou à Charleroi, Liège, il ne faut pas de compensations. Ce n'est pas parce que on construit un pont a Namur, qu'il en faut un quelque part en Flandre.
Réagir

 


Réponse Des accords équilibrés Philip Hermann 27/12
ne pourront qu'être conclus au terme d'une NEGOCIATION. Cela semble un concept abstrait pour certains négociateurs flamands et particulièrement pour ceux d'entre-eux, qui sont les plus extrémistes. Un accord négocié a lieu lorsque chaque partie admise à la table des négociations vient avec ses demandes, il y en a quelques unes du côté flamand et maintenant depuis peu également du côté francophone...des accords équilibrés se forment lorsque au terme d'un processus d'échanges et de débats, certaines demandes de chacune des parties sont satisfaites.

A Val Duchesse puis concernant le vote en commission sur BHV, nous (francophones) avons souvent eu l'impression d'avoir à faire à des néophytes du côté flamands, qui proposaient un carnet de revendications à prendre ou à laisser, LOL. La seule marge de négociation laissée aux négociateurs francophones était de pouvoir en refuser certaines particulièrement imbuvables et absurdes comme la régionalisation des plaques minéralogiques. Faudra qu'on m'explique en quoi la population flamande se trouverait mieux dans ce cas??? LOL encore. Si c'est ça la technique, alors les francophones laisseront et il n'y aura pas d'accord. Notre constitution accorde à la minorité linguistique de ce pays des protections qui INTERDISENT tout passage en force. Le brouhaha du vote sur BHV, par exemple et les déclarations matamoresques de certains négociateurs ne sont de nature qu'à compliquer la recherche de solutions. Je doute qu'un négociateur aussi expérimenté que Didier Reynders, qui a l'expérience de traiter au niveau, soit très impressionné ce genre de musculation. ;-)

Maintenant du côté francophone, il est clair qu'il sera intenable de ne vouloir discuter de rien et de tout refuser. Mais croyez bien que si la flandre veut obtenir des accords, elle devra elle aussi écouter les revendications des francophones.

Je comprend que certains flamands ne veulent plus du troc permanent qui a lieu au niveau fédéral et que vous avez bien décrit. Réformer l'état devrait permettre de mettre fin à ces chantages permanents durablement, la régionalisation de certaines compétences est dans cet esprit compréhensible de manière à permettre la mise en oeuvre plus efficace de certaines politiques au profit des gens. Mais il vaut mieux que les négociateurs flamands s'habituent à l'idée qu'ils devront pour obtenir les réformes qu'ils souhaitent, tenir compte de celles souhaitées par les francophones.

Si c'est ça l'esprit de la réforme institutionnelle alors il faudra aussi admettre que le niveau régional n'est pas celui où on peut trouver un accord équilibré pour gérer les nuisances sonores causées par Zaventem ou encore qu'en matière de politique de prévention santé, il n'y a guère de différence biologique entre les flamands et les francophones, qui justifierait la scission de ces politiques: les épidémies de grippe ne reconnaissent pas encore la frontière linguistique. LOL
Réagir

 


Réponse Vous ne l'avez toujours pas compris Marc De Ridder 27/12
Les flamands ne veullent plus de revendications du coté du Sud.
Réagir

 


Réponse LOL Philip Hermann 27/12
alors pas d'accord, et c'est le status-quo actuel. Je rassure quand même les lecteurs de ce forum, ce n'est certainement pas la ligne adoptée ni par Leterme et le CD&V, où beaucoup ont envie d'un boulot de ministre, ni par l'Open VLD, avec qui le MR a rédigé le programme de réforme que je vous expose plus haut. Non, non doit faire partie de l'aile la plus flamingante du paysage politique, vlaamse belang ou ex-volksunie...mais cela, ce n'est pas la flandre, juste des nationalistes qui font beaucoup de bruit, mais pas ceux qui décident. LOL