Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/11/2008

Elio Di Rupo : La fin d’un règne ?

Elio.JPGCe week-end, le président du PS a envahi l’ensemble des médias pour initier la contre-offensive au congrès de lancement de campagne du MR à Namur. Elio Di Rupo doit principalement sa présidence au PS à ses qualités d’homme médiatique. ;-)  Il succédait à Philippe Busquin, qui nous a tant fait rire. Après avoir fait payer à son ancienne équipe de communication l’échec de sa campagne législative de 2007, en remerciant ses principaux collaborateurs, il était intéressant de découvrir ce week-end le millésime présidentiel « 2009 ».

La déception est malheureusement à la hauteur des attentes. Certes, il est apparu largement plus agressif que lors de la dernière campagne. Il semble déterminé à rendre les coups et à tenter de mouiller ses adversaires –sic-. Il reste malheureusement dans le déni des problèmes de gouvernance publique, qui concernent principalement les mandataires PS et sur lesquels il pourrait agir comme président de parti ou par une action des gouvernements auxquels son parti participe. Ce déni n’est pas anodin : comment et pourquoi prendre les mesures qui s’imposent pour améliorer la gouvernance publique en Wallonie, si on persiste à refuser de voir qu’il existe des problèmes ? Comment croire qu’il pourrait être l’artisan d’une rénovation du PS ? Où reste le chevalier blanc qui prétendait qu’il poursuivrait lui-même les parvenus qui peuplent son parti ?

Son analyse de la situation politique et de la crise financière et économique, tient en deux phrases « cette crise est libérale » et « il faut plus de régulation ». La première affirmation est à peu près aussi intelligente que de dire que le PS wallon est responsable du goulag ou de Pol Pot…quoique. ;-) D’autant que quand on lui demande s’il souhaite que l’on mette fin au système d’économie de marché, qu’on pourrait aussi appeler « système d’économie libérale » -c’est le même concept- il répond par la négative. :-)

Mais bien sûr, il faut plus de régulation !!! Tout le monde le dit !!! Sauf que la régulation à laquelle le président du PS pense, c’est la régulation locale… Celle que nous ne connaissons que trop bien en Wallonie : tracasseries administratives, dédales de réglementations variées, changeantes et compliquées à tel point que notre région a vu naître une nouvelle profession : subsidiologues, les seuls qui s’y retrouvent dans ces labyrinthes. A grand renfort de populisme, il compte aussi s’attaquer aux monopoles ou oligopoles, qui lui coûtent si cher en rasoirs... Bien et si on commençait par le monopole postal ou de certains services publics, dont on a compris qu’ils ne rendaient pas service au public en refusant tout service minimum. ;-) A quand un service public de rasage...gratis ??? :-))

Ce que tout le monde dit, à commencer par des figures aussi peu socialistes que Sarkozy, Obama ou Didier Reynders, c’est qu’il faut une meilleure régulation des marchés financiers et surtout une régulation supranationale puisque les acteurs financiers et économiques sont désormais de taille mondiale.  Mais là, il ne dit rien...n'aurait-il rien à proposer?

Dès les premières secondes de cette interview, chacun a pu constater que le président du PS n'avait pas changé et n’avait plus grand-chose à dire. Alors que Pascal Vrebos lui demandait de s’expliquer sur ses responsabilités comme administrateur de Dexia dans le crash de cette banque, il n’a pu s’empêcher de rappeler pour la 150 ème fois qu’il avait destiné cette rémunération à la création d’une œuvre sociale. A tant le répéter et à si mauvais escient, on peut aujourd’hui presque douter de la vocation sociale du geste.

 

21/10/2008

Monsieur Aernoudt se lance en politique...

aernoudt_rudy_column.jpg

Ce lundi, un « Bekende Vlamingen », Rudy Aernoudt annonce en grande pompe son intention de se lancer en politique…en Wallonie. L’homme n’est pas totalement inconnu ici, puisqu’il a exercé un temps les fonctions de chef de cabinet du Ministre régional de l’économie, Serge Kubla et il a co-écrit de nombreux livres avec le sénateur MR, Alain Destexhe. Il est aussi l’homme du scandale en Flandre, puisque c’est lui qui a révélé alors qu’il était chef de cabinet de la Ministre régionale flamande de l’économie (Fientje Moermans), que celle-ci recourrait « abusivement » à des consultants externes dans son cabinet. Ces révélations ont entraîné la démission de la ministre en question… Avec un Vlaamse Belang, toujours très actif sur les bancs de l’opposition, il est devenu impossible pour un ministre de se défendre sereinement contre ce type d’accusation même si le recours à de la consultance ne me semble pas forcément le signe de quelconques malversations (un ministre ne peut forcément être au courant de tout et il ne me semble pas idiot de devoir demander parfois conseil à des spécialistes). D’après ce que j’ai pu lire dans les journaux flamands, Fientje Moermans était d’ailleurs très appréciée comme ministre. Elle siège aujourd’hui comme simple députée au parlement flamand et pourrait bien mener la liste de son parti dans sa région pour les prochaines élections.

 

Evidement, cette « trahison » de son employeur ne lui a pas valu que des amis surtout au sein de l’Open VLD. Mais il est également très proche de Jean-Marie Dedecker (l’ancien judoka), exclu lui aussi de ce parti en raison de son populisme, et qui a rebondit en créant sa liste, qui cartonne dans les sondages en Flandres. Ils étaient collègues dans une agence bancaires d’Ostende…il y a 20 ans, bien avant donc de devenir connus et même de se lancer tous deux dans la politique. C’est peu de dire que ces deux là sont copains, c’est même Rudy Aernoudt qui a écrit le programme socio-économique de la liste Dedecker. Rudy Aernoudt est à la fois philosophe et économiste (comme moi et ce n’est pas si fréquent ;-)).

 

Personne n’ignore que Jean-Marie Dedecker nourrissait l’ambition de s’étendre en Wallonie et devenir ainsi un véritable acteur global sur la scène politique belge. Ce qui est embêtant, c’est que Jean-Marie est très flamingand et quasi ouvertement séparatiste. Son slogan de campagne aux dernières élections (Met Belgïe als het kan, zonder als het moet !) Avec la Belgique si c’est possible, sans s’il le faut !!! Et dans l’esprit de Jean-Marie…il faudrait que les francophones renoncent à beaucoup (notamment une régionalisation totale de la sécurité sociale et la fin immédiate des « transferts ») pour que la Belgique reste possible !!!

 

Impossible de réussir en Wallonie avec un tel programme, tous les analystes se demandaient quel lapin, l’homme le plus populaire de Flandres sortirait de son chapeau pour mener à bien son projet… Ce sera donc apparemment…son ami Rudy Aernoudts, qui lui est un belgicain convaincu. Il est notamment membre de B-plus, le mouvement unitariste bien connu, mais j’y ai croisé récemment certains (voir plus bas www.jevotepourlabelgique.be), dont je me demande ce qui les distingue vraiment des flamingands purs et durs. J’attends aussi avec impatience de voir à quelle partie du programme de son ami Jean-Marie, il renonce.

 

Ce qu’il revendique en tout cas : c’est le programme socio-économique de la liste Dedecker…normal il en est l’auteur… C’est, croit-il, ce qu’il faut pour la Wallonie également.

 

  • Moins de clientélisme, une meilleure gouvernance publique. Comment ne pas être d’accord avec cela ? Même Elio au PS revendique être l’artisan d’une rénovation en ce sens au sein de son parti sans beaucoup d’efficacité néanmoins cela fait plus de 10 ans qu’il rénove et on ne voit toujours pas de changement. Au MR, nous avons Alain Destexhe… Il a écrit de nombreux livres sur ce thème mais il y a aussi son « ennemi », Serge Kubla. Le parlement wallon résonne encore de ses diatribes contre la politisation des récentes nominations PS, à la tête de tous les rouages de l’administration wallonne. On ne peut pas non plus accuser Charles Michel d’être indifférent au problème, on a aujourd’hui les preuves de son combat incessant dans ce sens lorsqu’il était Ministre des affaires intérieur du gouvernement wallon. Olivier Chastel n’est-ce pas celui qui a dénoncé les scandales de la Carolo ? C’est aussi une évidence que toutes ces actions ont reçu le soutien du président, récemment réélu du MR…Didier Reynders. Il faut bien comprendre que le principal frein vient ici du PS et la meilleure chance de mettre fin pour de bon à certaines pratiques de ses membres, c’est que celui-ci ne soit plus demain, le parti omnipotent qu’il est depuis trop longtemps en Wallonie. Il faut faire basculer le centre de gravité politique de cette région !!! Il faut que le MR devienne le premier parti politique wallon à l’issue du prochain scrutin régional. Pour y parvenir, chaque voix comptera et chacune de celles qui partiront du MR pour se porter sur d’autres candidats ou d’autres listes, rendront plus lointain cet objectif. Je ne comprends donc pas la candidature de Monsieur Aernoudt. Si il tient temps à ces objectifs, pourquoi ne pas avoir choisi de renforcer les listes du MR ?

 

  • Limiter les allocations de chômage dans le temps. Voilà typiquement le genre d’idée qui ne pouvait provenir que de Flandre, où règne le quasi-plein emploi. En Wallonie, où l’offre nette d’emplois ne permettra pas à tous les chômeurs de longue durée de trouver du travail même s’ils font les efforts nécessaires pour se former ou chercher ce travail, cette mesure est une fausse bonne idée. Car quelle sera la conséquence concrète de cette mesure ? C’est que les chômeurs, qui seront privés des allocations payées par l’ONEM, n’auront d’autres choix que de s’inscrire au CPAS, payé par la commune. Ils ne vont pas se laisser mourir de faim et il serait évidemment impensable de les laisser mourir de faim. La subtilité qu’il faut maintenant comprendre, c’est que le budget de l’ONEM est un budget fédéral tandis que les CPAS sont uniquement financés par de l’argent wallon.

 

 

JMDD.jpg

 

 

On le voit…la candidature et le nouveau parti de Rudy Aernoudt est le cheval de Troie de la Flandre de Jean-Marie Dedecker en Wallonie. Sans doute n’a-t-il pu trouver malgré ses affirmations de candidats wallons sérieux pour porter ses couleurs. Même s’il peut sembler exister une communauté d’intérêts et une proximité entre Rudy Aernoudt et le MR, celle-ci ne résiste pas à une analyse approfondie. Bien au contraire, si ce mouvement, cette liste, cette candidature isolée connaît un quelconque succès, cela renforcera l’hégémonie du PS et retardera les nécessaires changements dont notre région a besoin. Rudy Aernoudt est le meilleur allié d’ Elio comme un autre Jean-Marie était le meilleur allié de Mitterand.

 

15/06/2008

Début de polémique à propos de: www.jevotepourlabelgique.be - www.ikstemvoorbelgie.be

La polémique s'installe à propos de notre consultation populaire "www.jevotepourlabelgique.be-www.ikstemvoorbelgie.be"Mort de rire.  Elle était prévisible.  Ce qui l'était moins, c'est que ces premières critiques émanent d'un membre flamand de Bplus.  Je vous livre tel quel le courrier qui nous est parvenu.
 
"Pourriez-vous communiquer ce qui suit aux personnes qui ont pris cette “nouvelle initiative” ? Je vous en remercie.

              Tout d’abord, il est pour le moins incongru de prétende d’une part “viser la plus parfaite neutralité” et de faire figurer d’autre part

sur chaque feuillet du questionnaire en gros caractères le slogan “Je vote pour la Belgique”. Les séparatistes ne manqueront pas de mettre en doute l’objectivité de cette enquête pour cette raison.

               Pour remplir le questionnaire j’ai choisi la version en langue néerlandaise. Ce texte est vraiment d’une mauvaise qualité. Il est inconcevable qu’on n’ait pas pris la peine de faire appel à un bon traducteur. Beaucoup de Francophones ne se rendent pas compte de la susceptibilité des Flamands à ce sujet. La nonchalance dans l’emploi de cette langue sera interprêtée comme un manque de respect à l’égard de ses usagers.

               Quant au questionnaire proprement dit il a manifestement été redigé par des amateurs. Pour répondre à la question 2/7 j’ai le choix

entre “100 % akkoord” et “Eens” Quelle est la différence ? Pour les questions p.5/7 on peut choisir entre “150 % akkoord” et “akkoord” tout court.. Pourquoi pas la possibilité de se déclarer  “80 % akkoord” ?"

Et ma réponse:

Cher Monsieur V. C.,

Le message que vous nous adressez par l'intermédiaire de V. L., nous est bien parvenu et a retenu notre meilleure attention.  A vrai dire nous nous attendions à ce que notre projet fasse l'objet de polémiques, je dois quand même vous avouer notre surprise d'apprendre que celles-ci soient d'abord venues d'un membre de B plus.  Au fond maintenant:

  • Problèmes de traduction: Vous évoquez une traduction néerlandaise "nonchalante",  qui ferait insulte aux sensibilités linguistiques de nos compatriotes...  Nous étions bien entendu averti du risque de voir ces critiques émerger puisqu'il s'est agi du principal reproche formulé à l'encontre de l'appel à l'unité de la Belgique lancé par Marie-Claire Houard.  Pour devancer celles-ci, nous avons donc fait réviser notre texte par un docteur en philosophie et lettres d'origine néerlandaise, vivant en Belgique et connaissant donc le flamand.  Ce genre de subtilités linguistiques l'intéresse particulièrement et si vous nous faites part de manière spécifique des "problèmes" rencontrés, nous  ne manquerons pas de lui transmettre vos remarques et peut-être même aurons-nous ainsi l'occasion d'améliorer encore notre traduction.  Nous doutons néanmoins que celle-ci fasse un jour l'unanimité, est-ce jamais le cas en matière de traduction?
  • Le problème spécifique posé par 150% akkoord, 100% akkoord, Totaal akkoord, simplement Eens ou akkoord, est évidement lié à notre faculté d'interprétation.  J'ai moi-même traité de ce sujet dans mon mémoire de fin d'étude en philosophie (logique), puisqu'il s'agit d'une problématique récurrente posée dans le cadre des recherches en Intelligence Artificielle.  Ce mémoire a été défendu devant le professeur Gochet, ULG, lauréat du prix Francqui et avait été relu par le Dr T.S. Champlin, notamment membre du comité de lecture de la prestigieuse revue philosophique anglo-saxonne "Mind".  Je tiens à votre disposition, si le sujet vous intéresse, une copie de ce mémoire.  Pour aller vite, mes conclusions insistaient sur l'importance de "l'humeur" du sujet-interprétant et à la suite de Wittgenstein, sur le partage par celui-ci de formes de vie commune, qui fait que nous tranchons ce genre de "dilemme" quotidiennement, sans même nous en rendre compte, alors que cela reste pour le moins problématique pour un ordinateur.
  • L'objectivité de notre questionnaire et le nom de notre site: cette question a effectivement été débattue, nous avons un moment songé à ajouter "ou pas" ou "of niet" au nom de notre site, cette solution aurait présenté l'avantage de clore définitivement le débat.  La longueur d'une adresse internet et sa complexité a hélas aussi un impact sur le taux de fréquentation d'un site internet.  Nous avons dès lors choisi la simplicité.  Dans la mesure où nous insistons de manière importante sur le fait qu'il s'agit de la première occasion donnée à des "séparatistes" d'exprimer leur opinion sur ces questions communautaires, nous avons dès lors, malgré cette réserve posée quant au manque d'objectivité de notre démarche, préféré la simplicité et l'efficacité.
A la lecture de ces quelques réponses à des questions pertinentes auxquelles nous nous attendions, vous aurez compris que notre ambition n'était pas de donner à notre projet la rigueur d'une démarche académique.  Après tout, nous sommes sur internet et ce média n'offre pas pour l'instant la possibilité de prétendre à cette rigueur: notamment parce que, malgré toutes les précautions prises d'un point de vue technique, personne ne peut garantir que chaque personne qui répondra à ce questionnaire est bien habilitée à le faire. 

Il s'agit avant tout d'une opération de communication et les premiers résultats obtenus à ce titre sont encourageants.  Le taux de participation en Flandre est d'ailleurs proportionnellement déjà supérieur à celui obtenu par d'autres initiatives et ce même si les médias flamands ont beaucoup moins diffusé notre site que du côté francophone (RTLINFO, Rue de la loi).  D'un point de vue plus politique, il n'est pas anodin de constater que les deux principales formations politiques francophones ont pris la peine de lancer des appels à la participation. (Blog d' Elio, MR)

En espérant que ces quelques précisions quant à la nature de notre projet vous aient satisfait et en espérant toujours compter sur un soutien de Bplus, nous vous prions, Cher Monsieur V. C., d'agréer nos salutations les plus respectueuses.

A vous de juger...