Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/11/2008

Elio Di Rupo : La fin d’un règne ?

Elio.JPGCe week-end, le président du PS a envahi l’ensemble des médias pour initier la contre-offensive au congrès de lancement de campagne du MR à Namur. Elio Di Rupo doit principalement sa présidence au PS à ses qualités d’homme médiatique. ;-)  Il succédait à Philippe Busquin, qui nous a tant fait rire. Après avoir fait payer à son ancienne équipe de communication l’échec de sa campagne législative de 2007, en remerciant ses principaux collaborateurs, il était intéressant de découvrir ce week-end le millésime présidentiel « 2009 ».

La déception est malheureusement à la hauteur des attentes. Certes, il est apparu largement plus agressif que lors de la dernière campagne. Il semble déterminé à rendre les coups et à tenter de mouiller ses adversaires –sic-. Il reste malheureusement dans le déni des problèmes de gouvernance publique, qui concernent principalement les mandataires PS et sur lesquels il pourrait agir comme président de parti ou par une action des gouvernements auxquels son parti participe. Ce déni n’est pas anodin : comment et pourquoi prendre les mesures qui s’imposent pour améliorer la gouvernance publique en Wallonie, si on persiste à refuser de voir qu’il existe des problèmes ? Comment croire qu’il pourrait être l’artisan d’une rénovation du PS ? Où reste le chevalier blanc qui prétendait qu’il poursuivrait lui-même les parvenus qui peuplent son parti ?

Son analyse de la situation politique et de la crise financière et économique, tient en deux phrases « cette crise est libérale » et « il faut plus de régulation ». La première affirmation est à peu près aussi intelligente que de dire que le PS wallon est responsable du goulag ou de Pol Pot…quoique. ;-) D’autant que quand on lui demande s’il souhaite que l’on mette fin au système d’économie de marché, qu’on pourrait aussi appeler « système d’économie libérale » -c’est le même concept- il répond par la négative. :-)

Mais bien sûr, il faut plus de régulation !!! Tout le monde le dit !!! Sauf que la régulation à laquelle le président du PS pense, c’est la régulation locale… Celle que nous ne connaissons que trop bien en Wallonie : tracasseries administratives, dédales de réglementations variées, changeantes et compliquées à tel point que notre région a vu naître une nouvelle profession : subsidiologues, les seuls qui s’y retrouvent dans ces labyrinthes. A grand renfort de populisme, il compte aussi s’attaquer aux monopoles ou oligopoles, qui lui coûtent si cher en rasoirs... Bien et si on commençait par le monopole postal ou de certains services publics, dont on a compris qu’ils ne rendaient pas service au public en refusant tout service minimum. ;-) A quand un service public de rasage...gratis ??? :-))

Ce que tout le monde dit, à commencer par des figures aussi peu socialistes que Sarkozy, Obama ou Didier Reynders, c’est qu’il faut une meilleure régulation des marchés financiers et surtout une régulation supranationale puisque les acteurs financiers et économiques sont désormais de taille mondiale.  Mais là, il ne dit rien...n'aurait-il rien à proposer?

Dès les premières secondes de cette interview, chacun a pu constater que le président du PS n'avait pas changé et n’avait plus grand-chose à dire. Alors que Pascal Vrebos lui demandait de s’expliquer sur ses responsabilités comme administrateur de Dexia dans le crash de cette banque, il n’a pu s’empêcher de rappeler pour la 150 ème fois qu’il avait destiné cette rémunération à la création d’une œuvre sociale. A tant le répéter et à si mauvais escient, on peut aujourd’hui presque douter de la vocation sociale du geste.

 

Les commentaires sont fermés.