Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/02/2008

La stratégie de Didier Reynders et les supputations de Francis Van De Woestyne

Dans La Libre hier, Francis Van De Woestyne tend le micro à quelques grincheux MR, qui semblent douter de la stratégie de fond de Didier Reynders et lui reprocher d'avoir mal négocié la formation de ce gouvernement.    Ces témoins anonymes regrettent que Didier Reynders suive les pas de son mentor, Jean Gol et finisse par rendre le MR, infréquentable pour toute coalition future.  Je ne peux m'empêcher de vous livrer ma propre analyse.

 

Tout d'abord, les petites phrases, qui sont si souvent reprochées au président du MR, ne sont le plus souvent que des répliques à de virulentes et incessantes attaques de la part de mandataires PS ou CDh.  Depuis la fin de la campagne électorale, il est impossible de lire une interview de l'un de ceux-ci qui ne se contiennent une attaque personnelle contre le président du MR.  On le qualifie de suffisant, d’hautain, de méprisant:  chacun se croit autorisé à ces attaques personnelles, qui sont tellement fréquentes que cela semble une cause entendue, dont il serait désormais inutile de débattre...  Et il devrait se laisser insulter sans jamais rien pouvoir répondre?  A mon estime, au contraire il fait preuve de beaucoup trop d'indulgence en ne répondant d'ailleurs le plus souvent par des bons mots qui ne visent quant à eux que rarement les personnes.  Le sommet a été atteint avec l'interview psychopathe du Ministre Régional, André Antoine, au Soir

 

Traitons à présent du fond: ces anonymes semblent regretter que Didier Reynders ait été trop agressif durant cette campagne électorale et qu'il reste trop intransigeant en cette période de négociation.  J'aimerais savoir s'ils croient un seul instant que le MR aurait été convié à la négociation d'un quelconque gouvernement s'il n'avait réussi ce pari insensé de devenir la première formation politique francophone?  Il est évident que le PS-CDH était déterminé à monter ensemble au gouvernement fédéral et que d'intenses parades amoureuses en direction du CDh ou du PS n'auraient pas réussi à remettre en cause ce programme.  Seule cette victoire historique et aussi l'impossibilité pour le PS-CDH de former une majorité à deux, a permis au MR de ne pas être écarté sans autre ménagement des responsabilités fédérales.  Dans quel état aurait été leur moral dans ce cas ?

 

De la même manière, il semble exclu demain que le MR soit convié à une négociation pour former un gouvernement régional, s'il ne reproduit son exploit fédéral.  Cela n'a strictement rien à voir avec un quelconque dosage de câlins, la réalité a été clairement indiquée par le politologue climatologue, Paul Magnette: le PS ne permettra jamais au MR de remettre en cause son hégémonie et de constituer une alternative à sa toute puissance.  La force du cartel PS-CDh est là, il s'agit d'une union de nécessité, vitale pour la survie de l'hégémonie socialiste dans le monde francophone.  Cette stratégie d'opposition à la montée en puissance du MR, date de la législature 1999-2004 et est donc antérieure à l'accession de Didier Reynders à la présidence du MR.  Paul Magnette analyse clairement la situation.

 

Fallait-il et faudrait-il demain renoncer à positionner le MR, comme un potentiel concurrent au PS afin de jouir à nouveau de ses bonnes grâces et de sa sympathie?  Ce qui semble clair pourtant, c'est que ce n'est pas ce qui est souhaité par l'électorat francophone...qui a durement sanctionné le PS au dernier scrutin et qui aurait, sans doute, également sanctionné le CDh s'il avait eu connaissance de l'inanité de son positionnement centriste en cours de campagne électorale, s’il avait su que voter CDH, c’était clairement assurer au PS de se maintenir au pouvoir. 

 

Qu'est-ce qui distingue encore le CDH du PS?  Pour le MOC (mouvement ouvrier chrétien), à qui Joëlle Milquet doit sa présidence après l'effondrement du PSC, apparemment rien!!!  Puisque Christiane Vienne, José Damilot, qui exerçaient les plus hautes responsabilités au sein de ce mouvement, ont choisi PS et pas le CDH, lorsqu'il s'est agi de se lancer en politique.  L'actuel président du MOC est intervenu publiquement plusieurs fois avant, pendant et après la négociation de l’orange bleue pour imposer une alliance avec les socialistes.  Comment interpréter autrement l'assourdissant silence du CDH lorsque Marie Arena a trouvé que c'était une bonne idée de donner un goût de la vie des SDF ou du paradis communistes aux parents d'élèves des bonnes écoles catholiques? 

 

Que reste-t-il du positionnement centriste du CDH, si ce n'est de nombreuses circonvolutions oratoires, à grand renfort de gestes congruents, avant tout positionnement sur n'importe quelle question, afin de ne pas s'aliéner quelques mandataires moins à gauche, totalement aux ordres de leur présidente et surtout afin de ne pas froisser les nombreux électeurs, qui croyaient de bonne foi que le CDH était encore un parti centriste, qui pouvait choisir de s’allier à gauche ou à droite voire même qui comptaient sanctionner le PS en votant pour ce parti.

 

Contrairement à Francis Van Woestyne et à certains grigneux MR, comme on dit à Liège, la stratégie de Didier Reynders est la seule possible.  La campagne de dénigrement actuelle, menée tant par le PS que par le CDH, n'est pas du tout liée à la personnalité de notre président mais bien à son ambition de reproduire son succès fédéral au scrutin de 2009.  Mon soutien est total et mon moral est très bon.

 

13/02/2008

L' affaire Onckendaele

Utilisez ce lien si vous voulez ajouter un signet ou un lien direct vers cet article... L’ affaire Onckendaele

Maître Onckendaele, que l’on avait connu plus en verve, prétend pour se défendre que cette note, publiée ce jeudi dans Le VIF, n'a rien d'indécent.  Il y demande avec insistance à Frédéric Delor, directeur du centre d'étude du PS (Institut Emile Vandervelde) et intime du président Elio, d’intervenir auprès du réseau socialiste en place pour lui attribuer des flux d’affaires. Il s’agit pour lui de la pratique courante, rien de choquant à cela !!!  Après tout, il est le patron d’une petite PME soucieux de préserver l’emploi de son personnel. 

Je ne peux quant à moi m’empêcher de songer à d’autres petits patrons de PME,  qui ont du être bien marris, eux aussi, de se voir priver de ces “Flux” de revenus, au grand dam de leur propre personnel d'ailleurs…sans autre raison, sans doute, que la proximité de cet avocat avec les plus hauts cercles de pouvoir.  Mais pas de quoi en faire un plat, just business as usual dans le petit monde du politique business PS.

Les avocats, qui ne bénéficient pas de tels appuis : les petits, les sans grades, qui ne naviguent pas dans ces hautes sphères doivent à juste titre eux aussi être indignés, comme doivent certainement être  dégouttés les grands cabinets d’affaires internationaux, notamment anglo-saxons ou mieux scandinaves, par l’affairisme de nos politiques wallons, sensés pourtant oeuvrer avant tout pour le bien public…Quelle honte !!! Nous pourrions aussi évoquer l’affaire DC& co (le cabinet révisoral, créé par Daerden senior et récemment revendu à son fils pour plus de 10 millions d€.  Il est vrai qu'il contrôle la quasi totalité des entreprise para-publiques wallonnes), le cabinet d’architecture et d’urbanisme de la maîtresse de Bernard Anselme, les sociétés de conseils en communication, qui oeuvrent parfois à vil prix pour un parti ou un homme politique, dans l’espoir de se voir attribuer par la suite les juteux contrats PUBLICS, ou encore les entreprises d’aide à la récolte de subsides auprès du gouvernement wallon, dirigées par d’anciens membres de cabinets.  Toutes ces affaires sont désormais publiques, révélées… Quelle est la défense de Madame Onckendaele ?  Voici une interview éclairante, réalisée par l’excellent Mathieu Col sur Mint.  Je remercie au passage Mateusz Kukulka , journaliste à la DH, auteur de l'excellent Politique Show de me l’avoir fait découvrir.  

Elle y regrette que l’attribution des marchés publics pour les avocats ne soit pas réglée par des appels d’offre.  Ce serait la cause de tous les soucis de son mari, dont elle note au passage qu’il ne s’est pas adressé à elle pour obtenir une faveur.  On croit réver !!! J’espère que dans leur couple, ils ne s’envoient pas encore des notes ; mais bon ça c’est du privé.  Par contre, je n’ai pas de mot pour qualifier l’hypocrisie de celle-ci.  Dans cette interview, elle  s’étonne comme un simple citoyen pourrait le faire que ces procédures ne soient pas plus transparentes.  

Madame Onckelinks, c’était bien notre précédente Ministre de la Justice  !  Elle n’était pas une simple citoyenne lambda.  Aujourd'hui il est avéré qu'elle était au courant du problème, que ce problème la concernait au premier chef puisqu’il s’agissait de son mari, que la situation la gênait mais qu’elle n’y a rien fait.  Pourtant comme Ministre de la Justice, elle avait le pouvoir d’agir, ce problème était dans ses attributions, dans son domaine de compétence.  C'était son devoir d'agir!!!  

Pourquoi n’a-t-elle pas pris les mesures pour assainir la situation, pour se prémunir d’éventuelles suspicions ?  Elle pouvait le faire mais elle a préféré attendre que le problème éclate au grand jour pour commencer à penser que tout cela était malsain.  On la payait pour quoi exactement comme Ministre ?  J’hallucine.En Flandres, Fientje Moermans, Ministre Régionale de l’Economie,  a récemment présenté avec dignité sa démission pour bien moins que cela : il avait été démontré que des proches de sa commune avait eux aussi bénéficié de quelques contrats de consultance…sans suspicion d’ailleurs qu’elle ait retiré un quelconque profit dans l’opération.   Ici, nous parlons bien de Flux de contrats !!! L’estompement de la norme semble tel au PS, qu’ils ne semblent même plus capable d’analyser la nature des problèmes.  Inquiétant !!!